• Livre et écriture,

VIOLENCE POLITIQUE ET LITTÉRATURE AU XIXE SIÈCLE

dir. Pierre-Jean Dufief, Marie Perrin-Daubard

Publié le 26 septembre 2013 Mis à jour le 27 février 2015

éd. Le Manuscrit, 2012, 440 p.

Le XIXe siècle naît dans les violences de la Révolution et il semble voué à répéter la scène de cette violence originelle dans les révolutions et les insurrections qui scandent son histoire et hantent l'imaginaire des écrivains et des artistes... La littérature est miroir des représentations et elle permet de revoir l'histoire politique de tout un siècle, ses violences qui en constituent souvent les moments les plus marquants (Commune, Affaire Dreyfus, attentats anarchistes, manifestations de la droite révolutionnaire), au prisme des images que nous en a laissées la fiction.

La violence est source d'émotions mais son inscription au coeur des oeuvres pose la question des liens de la littérature et de l'idéologie ; elle a ses thuriféraires qui la sacralisent et en font, dans la tradition de Joseph de Maistre, un attribut divin, ses adversaires qui la dénoncent et tentent de l'éradiquer. La violence politique est d'abord de l'ordre de l'oratoire. Violence des mots et mots de la violence.

Cette violence des textes est liée à un contexte, à des processus de défoulement et de refoulement, qui font de la littérature de la fin de siècle le témoin privilégié d'un malaise de la civilisation, d'une " crise de l'humanisme ".


Mis à jour le 27 février 2015